vendredi 28 janvier 2011

Twitter t'es mon ami.....




A l'occasion de la chute de tout un régime "ZABATIEN" et suite à la fuite de son commandant "ZABA" et bien évidement son fameux policier électronique "AMAR 404",  je me suis transformé en un poète en vue de remercier le petit oiseau "Twitter" pour son soutien au peuple Tunisien qui a défendu sa liberté....Merci Twitter




Le bonheur des Tweets
Plein d’idées en tête
Des moments merveilleux
Sans problèmes et sans dénis

Twitter t’es mon ami
J’espère bien que tu seras béni

Cet oiseau apprécié
Par les Tweples qui sont gâtés
Par les messages adressés
Que leurs filent les abonnés

Twitter t’es mon ami
J’espère bien que tu seras béni

C’est un moment important
Être avec les Tweples en ce moment
Dire avec des mots transparents
Des courtes phrases évidentes
Librement, sans avoir des ennuies

Twitter t’es mon ami
J’espère bien que tu seras béni

Profitons de l’instant présent
Négligeons "Zuckerburg" le grand
Mentionnons des @ portantes
Des noms et des pseudos changeants
Légèrement, sans avoir peur de rien

Twitter t’es mon ami
J’espère bien que tu seras béni


Amar 404 : Le policier de l’internet et le responsable de l’auto censure digital. Un veilleur qui se charge de hacher l’information pour quelle soit absente pour l’internaute. 

Don Dali    

dimanche 23 janvier 2011

Chanter pour la liberté.........


Pour libérer l'esprit de la persécution, le contrôle, l'injustice, la dictature .......et la liste est trop longue.....

Écoutez bien les paroles, chaque lettre raconte une histoire d'un peuple....


انا احرار ما يخافوش
انا اسرار ما يموتوش
انا صوت إل ما رضخوش
انا في وسط الفوضى معنى
انا حق المظلومين
يبيعو فيه ال ناس كلاب
الي تنهب في قمح الدار
و تسكر في البيبان
قدام وهج الأفكار

انا احرار ما يخافوش
انا اسرار ما يموتوش
انا صوت إل ما رضخوش
انا حر و كلمتي حرة
انا حر و كلمتي حرة
ما تنساش حق الخبزة
و ما تنساش زارع الغصة
و ما تنساش خاين الويل ......

انا احرار ما يخافوش
انا اسرار ما يموتوش
انا صوت إل ما رضخوش
انا سر الوردة الحمراء
الي عشقو حمرتها سنين
الي دفنو ريحتها نهار
و خرجت بلحافها النار
تنادي عالأحرار

انا وسط الظلمة نجمة
انا في حلق الظالم شوكة
انا ريح لسعتها النار
انا روح إل ما نسيوش
انا صوت إل ما ماتوش
نصنع مالحديد صلصال
و نبني بيه عشقة جديدة
تولي أطيار
و تولي ديار
و تولي نسمة و امطار

انا احرار الدنيا واحد
انا واحد من كرتوش
انا احرار الدنيا واحد
ان واحد من كرتوش 



 
Amel Mathlouthi - Kelmti horra 
(Ma parole et enfin libre......)
 


Toujours libre ma Tunisie...


Don Dali 

jeudi 20 janvier 2011

Un point commun entre la Tunisie libre et l’Android libre !!

L’année 2011, c’était prévue pour les « geeks » et  les « addicateds » de l’Android, justement une très bonne nouvelle pour ces passionnés Tunisiens : le 14 janvier 2011, la Tunisie est devenue enfin libre.




Personnellement, la révolution m’a beaucoup inquiété en premier temps comme tous les Tunisiens et les fans de l’Android. J’ai eu peur de ne pas assister à la naissance d’un système d’exploitation mobile totalement libre. En réfléchissant plus profondément, je me suis convaincu que la révolte du jasmin (comme on appelle en Tunisie), c’est la première porte qui va s’ouvrir pour le développement des concepts libres.

Depuis deux années, IOS (Apple)  appelé aussi selon moi « ZABA », a pris la place d’un leader indiscutable. Un « fameux » système d’exploitation propriétaire avec des limites « Dictature ». L’absence de la protection de données personnelles des utilisateurs et même les développeurs  « Le contrôle abusif ». Des applications inaccessibles « Amar 404 » puisqu’elles sont payantes.

Avec toutes ces propriétés que IOS détient, je crois que c’est le temps de laisser la place pour l’Android pour on avoir plus de liberté en développant les applications et même pour la simple utilisation.   

Certaines disent quelle est la relation entre la politique et les TICS ? C’est bien évidement la liberté. Maintenant on est tous conscient que même les technologies en général doivent posséder d’une liberté pour s’améliorer.

Merci pour ma chère Tunisie et grand bravo pour celui qui annoncé que l’année 2011 sera dédiée pour l’Android…  

Amar 404 : Le policier de l’internet et le responsable de l’auto censure digital. Un veilleur qui se charge de hacher l’information pour quelle soit absente pour l’internaute. 

Le drapeau de liberté

  

mardi 18 janvier 2011

Qu'est ce qu'un " weld houma " ?

Un « weld el houma », c’est celui qui assure la sécurité dans les situations les plus délicates. Une guerre ou une révolution, c’est au « weld el houma »  de former des groupes de personnes pour  la mise en place des barrages afin  d’empêcher les bandes de criminels ou soi-disant les « Snipers » d’enter aux quartiers.







Il n’a jamais suivi un entrainement spécial, malgré cela il est un brave garçon prêt à donner sa vie pour ce pays la Tunisie. Il porte des vêtements civils et non une informe avec une marque blanche rassurante, la couleur de la paix.

Il n’a pas de kalachnikov ni d’un M4, avec un simple bâton en bois et en fer, il veille toutes les longues nuits mouvementées. Son objectif, c’est de protéger et surveiller nos infrastructures et nos propriétés des menaces inattendues sans avoir peur de qui que ce soit.

Un groupe de "Weld el Houma"

Grand bravo « weld el houma » tu es toujours présent, avec toi la Tunisie se relèvera sur la nouvelle vie, une vie d’un pays libre et sain des voleurs, bâti par nos braves martyrs et nos jeunes Tunisiens….

Désolé ZABA tu n'as jamais été un "Weld Houma", mais un traitre.....


Don Dali             

lundi 17 janvier 2011

Pas de commerce électronique et du web marketing pour le moment y'a que la liberté en Tunisie

 


Ma liberté de penser ....Florent Pagny




Quitte à tout prendre
Prenez mes gosses et la télé
Ma brosse à dents, mon revolver
La voiture ça c'est déja fait
Avec les interdits bancaires
Prenez ma femme, le canapé
Le micro ondes, le frigidaire
Et même jusqu'à ma vie privée
De toute facon à découvert
Je peux bien vendre mon âme au diable
Avec lui on peut s'arranger
Puisqu'ici tout est négociable.
Mais vous n'aurez pas

MA LIBERTE DE PENSER


Prenez mon lit les disques d'or ma bonne humeur,

Les p'tites cuillères tout c'qu'à vos yeux a de la valeur
et non je n'ai plus rien à faire
Quitte à tout prendre n'oubliez pas
Le shit planqué sous l'étagère
tout c'qui est beau et compte pour moi
J'préfère qu'ça parte à l'abbé Pierre
j'peux donner mon corps à la science
Si y a quelque chose à prélever
et que ça vous donne bonne conscience
mais vous n'aurez pas

MA LIBERTE DE PENSER

MA LIBERTE DE PENSER



J'peux vider mes poches sur la table

Ca fait longtemps qu'elles sont trouées
Baisser mon froc j'en suis capable
Mais vous n'aurez pas

MA LIBERTE DE PENSER



Quitte à tout prendre et tout solder

Pour que vos p'tites affaires s'arrangent
J'prends juste mon pyjama rayé
je vous fais cadeau des oranges
Vous pouvez bien même tout garder
J'emporterai rien en enfer
Quitte à tout prendre j'préfère y aller
Si l'paradis vous est offert


Je peux bien vendre mon âme au diable

Avec lui on peut s'arranger
Puisqu'ici tout est négociable
Mais vous n'aurez pas
Non vous n'aurez pas

MA LIBERTE DE PENSER

MA LIBERTE DE PENSER


dimanche 16 janvier 2011

Les salauds ont mis le feu à mon paradis

Ce pays est une fierté, c'est une révolte, c'est une révolution contre le dictateur, contre un régime de 23 ans de malheurs. Vive notre pays, vive la Tunisie, vive le peuple Tunisien. J'écris ces mots en pleurant oui en pleurant pour les martyrs de la liberté. Je pleure pour ces salauds qui veulent voler notre pays.... 

 
Les salauds ont mis le feu à mon paradis

Ben Ali l'associé du diable

ZABA en mode SATANISTE

Ben Ali : Je vous comprends...... Mais désolé je suis un dictateur

mardi 11 janvier 2011

En deuil !!!

Vive La Tunisie...

lundi 10 janvier 2011

En pause !!!!

En pause, en attendant tout ira bien.....

La Tunisie est dans le cœur... 

samedi 8 janvier 2011

Premiers résultats : Salariés et médias sociaux



Suite à mon article "Les salaires dans le milieu du webmarketing", et en connectant sur Twitter, j'ai reçu hier un tweet d'un follower mentionnant @Don_Dali de la part de @jeromelascombe qui me remercie  pour l'article et qui me file un lien d'une étude récente le 6 janvier 2011 réalisée par Hopscotch-Viavoice et qui parlait des salariés et des médias sociaux.

Jettez un coup d'oueil c'est vraiment intéressant. Cliquez sur ce lien :  "Des salariés et médias sociaux"

jeudi 6 janvier 2011

France : Le e-commerce dans le collimateur du gouvernement

De plus en plus de français font leurs emplettes sur Internet sans jamais mettre le nez dehors ! Ce phénomène s’est vérifié pour les achats de fin d’année, et se vérifiera sans doute pour les soldes d’hiver, d’autant que certains sites affichent déjà des rabais sur les produits mis en vente.



La vente à distance connaît donc un franc succès, ce qui incite le gouvernement à se montrer davantage suspicieux face aux pratiques du commerce électronique. Ainsi, le secrétaire d’Etat à la Consommation, Frédéric Lefebvre, vient de commander à l’institut français de la mode ainsi qu’au Centre de recherches pour l'étude et l'observation des conditions de vie (Credoc) un rapport sur les pratiques des sites Internet en matière de vente. La livraison est attendue pour mars 2011.
 
A la recherche des pratiques trompeuses et déloyales
 
Pour Bercy, l’essor du commerce à distance irait de paire avec d’éventuelles pratiques trompeuses et déloyales exercées par le cybercommerçant aux dépens du consommateur.
«Cette forte croissance justifie un renforcement de la vigilance pour vérifier que ce développement ne s'accompagne pas de pratiques trompeuses pour le consommateur et déloyales pour les autres acteurs du commerce», indique un porte parole du gouvernement.
 
Dans cette logique, le secrétaire d’Etat à la Consommation a donc convoqué ce lundi  François Monraisse, président de la Fédération du e-commerce et de la vente à distance, dans ses appartements, pour faire un tour d’horizon concernant la régularité des pratiques de la vente à distance.
 
Le 21 janvier prochain, Frédéric Lefebvre se rendra également au Centre de surveillance du commerce électronique de la répression des fraudes (DGCCRF).
 
Le gouvernement craint notamment qu’un site internet trompe sciemment le consommateur concernant des promotions, pour lesquelles le prix serait en fait le même qu’en magasin. Les cyber-commerçants sembleraient être en effet tentés de prendre toute liberté quant aux prix des produits vendus à distance, eu égard au prix pratiqués en magasins. (Soldes en dehors des périodes, annonces de promotions qui n’en sont pas …)
 
 
Dans le collimateur : les sites de vente à distance basés à l’étranger
 
Demain, un protocole de coopération entre la répression des fraudes  et Commission nationale informatique et libertés (CNIL) sera ratifié afin de veiller à la protection des données personnelles des consommateurs sur les sites marchands, notamment sur les sites étrangers.
 
L’idée consisterait dans la mise en place de moyens de défense devant des sites internet basés à l’étranger exerçant des pratiques déloyales pour vendre leur produits en France.
 
 
Le commerce en ligne est soumis au droit de la consommation
 
Le commerce électronique, aussi appelé vente à distance, est soumis aux règles du Code de la Consommation.
 
Ainsi, le cyber-commerçant est tenu d'afficher sur son site plusieurs informations obligatoires, telles que l'identification du vendeur, un moyen pour contacter le vendeur, les modalités de paiement, l'existence du droit de rétractation et les éventuelles exclusions, la durée minimale d'engagement pour les contrats de service et  indiquer de façon précise le délai de livraison.
 
Le consommateur qui souscrit un contrat à distance est donc particulièrement protégé. Lorsque le contrat comporte une clause de renouvellement automatique annuelle, il doit être informé plus de 15 jours avant le début de la nouvelle période d'abonnement au service. Un délai de 15 jours est prévu pour résilier le contrat. L'avis d'échéance et de reconduction tacite du contrat doit être envoyé par courrier postal, à défaut le consommateur est en droit de résilier à tout moment le service et gratuitement (Loi n°2005-67 du 28 janvier 2005).
 
Par ailleurs, le consommateur dispose d’un droit de rétractation qui se traduit par une  période de réflexion de 7 jours ouvrables à compter de la réception du colis. Pendant ces 7 jours, il  peut retourner le produit sans pénalité et sans justification. Le remboursement intégral doit alors intervenir dans un délai de 30 jours. Le cybermarchand doit restituer la totalité des sommes versées ce qui inclut le prix de l'objet et les frais de livraison.
 
La jurisprudence est venue préciser par ailleurs, que pendant cette période de rétractation, le consommateur a parfaitement le droit de faire usage de la chose commandée à distance, sans que le vendeur soit en droit de lui reprocher.
 
Si vous avez souscrit un contrat de vente à distance et que, pour quelque raison que ce soit, vous souhaitez annuler votre commande, vous pouvez télécharger gratuitement nos modèles de lettres de résiliation spécialement conçues pour ce cas précis.
 
Si vous avez souscrit un contrat de vente à distance et que vous souhaitez exercer votre droit de rétractation, vous pouvez télécharger gratuitement nos modèles de lettres de rétractation spécialement conçues pour ce cas précis.
 
Si enfin vous avez annulé votre commande ou vous êtes rétracté suite à votre achat mais que vous n’avez pas encore reçu le remboursement du prix, vous pouvez télécharger gratuitement nos modèles de lettres de mise en demeure  spécialement conçues pour ce cas précis.

Source : (http://www.documentissime.fr/)

Les réseaux sociaux inquiètent les compagnies d’assurance

Cambriolé dans la nuit de la Saint-Sylvestre, le comédien Michaël Youn a peut-être facilité la tâche aux cambrioleurs suite aux nombreuses informations laissées sur Twitter.







Le 25 décembre, l’humoriste avait en effet posté ce message en plaisantant : « Avis aux cambrioleurs et à Voici : nous allons sortir vers 21 h 30 ». A priori rien de très grave, sauf que Michaël Youn avait, quelques semaines plus tôt, posté une photo prise de la fenêtre de son domicile de Montmartre. De quoi identifier sans problème l’adresse de la star par n’importe quel internaute… y compris les personnes mal intentionnées.

Risque sérieux pour les biens des personnes

C’est justement ce genre d’insouciances qui inquiète de plus en plus les compagnies d’assurance.

À trop en dire sur Twitter, Facebook et les autres réseaux sociaux, la divulgation d’informations personnelles peu en effet porter préjudice.

La compagnie d’assurance britannique Legal & General a étudié le sujet en 2009. Conclusion : 38 % des internautes publient des informations sur leurs vacances à venir. « Associé au fait qu’une proportion alarmante d’utilisateurs sont prêts à devenir virtuellement “amis” avec des gens qu’ils ne connaissent pas vraiment, c’est un risque sérieux pour les biens de ces personnes », expliquait l’assureur.

Pour Michaël Youn l’histoire s’est heureusement bien terminée. Ironie de l’histoire, c’est après avoir lancé un appel aux cambrioleurs sur Twitter que le comédien a pu retrouver son véhicule et ses objets personnels.


Source : (http://actualites.hyperassur.com/)

Don Dali : On tourne autour du même problème !! On doit savoir comment manipuler les réseaux sociaux pour notre bien et non pas pour nous emmerder.

Réseaux sociaux : Zynga se paye le navigateur Flock

Les équipes de Flock ont annoncé qu'elles rejoindront bientôt Zynga. On connaît Zynga pour ses jeux très populaires basés sur la plateforme Facebook (CityVille, FarmVille, Mafia Wars, Texas Hold'em), mais son fondateur, Mark Pincus, est un pionnier du réseau social. Il possède par exemple les droits sur un brevet fondamental pour ces réseaux (le brevet sixdegrees) et a été un des premiers investisseurs dans Facebook.





Zynga est aujourd'hui la société basée sur la plateforme Facebook ayant le plus de succès avec 250 millions d'utilisateurs mensuels actifs, 1.300 employés, 500 millions de dollars de chiffre d'affaires et une valorisation supérieure à la capitalisation boursière d'Electronic Arts. Pour assurer sa croissance, cette société s'est lancée dans une politique d'acquisitions ambitieuse (huit en huit mois).






Basé sur le moteur de Firefox avant de passer plus récemment à WebKit, Flock se veut être un « navigateur social » : il intègre Facebook, Twitter, Flickr, YouTube ou encore LinkedIn. Cinq ans et plusieurs dizaines de millions de dollars de fonds plus tard, Flock n'a trouvé qu'un public limité, une dizaine de millions d'utilisateurs.

On ne sait pas exactement ce que Zynga fera de Flock. Twitter et Google semblaient eux aussi intéressés par cette acquisition qui concernerait les équipes plutôt que le produit. Ni Flock ni Zynga n'ont précisé le montant de cette acquisition. 

Source : (http://www.macgeneration.com/)

Don Dali : Et c'est toujours pour le profit de Facebook, plus de diffusion sans même monter le nom de la marque. Merci Zynga pour le rôle d'un pion. 


1 salarié sur 5 critique son entreprise sur les réseaux sociaux

Un sondage Viavoice révèle que les salariés de l'Hexagone sont nombreux à parler de leur employeur sur les sites communautaires de façon positive ou négative.






On savait déjà que les Français avaient massivement adopté les réseaux sociaux. Mais ils sont également nombreux à parler de leur entreprise de façon positive ou d'un point de vue critique. Selon l'observatoire « Salariés et médias sociaux », réalisé par l'institut de sondage Viavoice pour l'agence de communication Hopscotch,  15% des salariés mentionnent leur société sur les sites communautaires. 

Une proportion qui peut sembler faible mais qui rassemble en fait un grand nombre d'internautes :  ainsi, ces 15% représentent pas moins de 2,5 millions de personnes, rien que dans le secteur privé.  Les hommes sont plus bavards que les femmes au sujet de leur entreprise (18,9% contre 11,9%). Les jeunes salariés s'expriment davantage que leurs aînés (26,4% pour les 18-24 ans contre 5,8% pour les 50-64 ans), et les cadres plus que les ouvriers (21,1% contre 8,4%). Devoir de réserve oblige, l'étude révèle, en outre, que les salariés du public sont plus discrets que ceux du privé (13,3% contre 16,6%).

67% d'avis positifs, 20 % de critiques

Si plus des deux tiers des salariés parlent positivement de leur entreprise, ils sont cependant un sur cinq à  critiquer leur employeur sur des réseaux sociaux. Les plus virulents sont aussi les plus jeunes (32,9% de 25-34 ans). Pourtant, qu'ils soient cadres, employés ou ouvriers, du secteur public ou du secteur privé, les salariés sont à 86% conscients des enjeux et des risques de sanction. Ils sont également convaincus (à 64% ) que ce phénomène tendra à s'amplifier. Si les entreprises ont commencé à prendre conscience des enjeux, elles n'en ont pas encore tiré toutes les conséquences. En effet seulement 12% des salariés ont été sensibilisés par une charte ou un guide des usages des réseaux sociaux. Le secteur public semble en avance sur le privé : 18,7% des employés des administrations déclarent être encadrés par des règles dans ce domaine, contre seulement 8,6% dans le privé.

* L'observatoire « Salariés et Médias sociaux », a été réalisé sur un échantillon de 1 000 personnes représentatif de la population salariée résidant en France métropolitaine.


Source : (http://www.lemondeinformatique.fr/)

Don Dali : Je pense pas que les conditions de travail en France sont les mêmes pour Facebook ou Twitter

mardi 4 janvier 2011

Diaspora, l’anti Facebook

Qui connaît Diaspora ? Non, ce n’est pas un film historique. Mais un projet de réseau social très attendu sur internet. Pourquoi ? Car il se revendique comme un petit frère de Facebook mais sans les défauts de son aîné. A voir…

 





C'est quoi le projet Diaspora ?

A peu de choses près la même chose que Facebook. Un immense réseau social sur la toile qui se veut comme le successeur de son aîné mais qui le réfute en même temps. Car Diaspora se veut comme un réseau social open source, privé, qui permet à l’utilisateur de contrôle sa vie privée. Les données personnelles seraient protégées. Ce qui n’est pas possible sur Facebook et qui fait l’objet de fortes critiques. Selon les 4 étudiants américains qui l’ont créé (les new-yorkais Daniel Grippi, Maxwell Salzberg, Raphael Sofaer et Ilya Zhitomirskiy ) Diaspora sera un réseau ouvert, respectueux de la vie privée et entièrement paramétrable.

Un réseau social décentralisé

Plutôt qu’un portail unique comme Facebook, Diaspora est un réseau distribué où les ordinateurs des usagers se connectent les uns aux autres : on ne passe plus par un serveur central. Quand ce réseau est créé, vous pouvez y mettre toutes les infos désirées : migrer votre profil Facebook, des tweets, des flux RSS, des photos… Vous pourrez partager tout ce que vous voulez (des photos, des infos ; le contenu de votre ordinateur…) avec des amis et de manière privée, sans passer par un serveur central où vous laissez des traces. Comment ? En utilisant un cryptage GPG !

Un code open source pas terrible

Un code sera mis à la disposition du public sous une licence open source. Open source signifie qui offre la possibilité de libre redistribution, et d'accès au code source. Mais apparemment, il ne serait pas si révolutionnaire : une jolie application qui permet de télécharger des photos, rien de plus. Difficile de concurrencer Facebook !

Facebook sera-t-il détrôné ?

Difficile de savoir, pour le moment, si Diaspora sera un vrai adversaire de Facebook dans le domaine des réseaux sociaux… Sera-t-il au moins à la hauteur de son aîné avant même de le concurrencer ? Pas évident dans la mesure ou le premier s’est installé comme la star et le leader incontesté sur la toile ! Facebook vient de franchir la barre des 500 millions d'utilisateurs à travers le monde ! Il ne reste que l’argument de la vie privée qui peut jouer en faveur de Diaspora…

Le comble ?

Marc Zuckerberg, le fondateur de Facebook, aurait participé au financement du projet Diaspora à hauteur de 200 000 dollars car il trouvait que c’était une bonne idée. Reste que le projet est actuellement hébergé sur Kickstarter.org. Ce site permet aux entrepreneurs de lever des fonds pour financer leurs idées. En retour, ils proposent des degrés d’investissement dans leur projet. Un lieu d’échange, un réseau !



Affaire à suivre…

Source : (http://www.bloc.com/)

lundi 3 janvier 2011

Ce qui fera l’actualité Webmarketing en 2011

Pour commencer, nous vous souhaitons une belle et heureuse année 2011. Qu’elle soit pour vous l’occasion de développer votre business sur Internet. Le Webmarketeur sera plus que jamais à vos côtés pour vous accompagner et vous apporter toutes les informations et les actualités nécessaires à votre communication sur Internet. 




Cette année 2010 fut riche en actualités et en découvertes. Mais ne nous attardons pas sur le passé et regardons vite vers l’avenir. Quelles seront les évolutions, les révolutions ou les sociétés de 2011. Voici, pour Le Webmarketeur, les actualités à suivre pour l’année 2011 en Webmarketing.

 
1. Moteur de recherche : la « Taxe Google »

Comme le préconisait le rapport de la commission Zelnik, l’Etat a fait voter fin 2010, une loi taxant les achats d’espaces publicitaires sur les moteurs de recherche et les portails. Cette taxe comprise entre 1 et 2%, a pour but de rééquilibrer les taxes non prélevées sur ces sociétés basées à l’étranger et ne payant pas de TVA sur le territoire Français.

Cependant, le lobby des e-commerçants, Priceminister en tête, n’a pas accepté cette nouvelle taxe qui va être directement reporter sur leur budget de communication. Imaginez une augmentation de votre budget marketing de 2% sans pour autant augmenter vos rentrées de Chiffre d’affaires.

Grâce à cette pression et à celle de plusieurs députés qui « taxent » cette loi d’antiéconimique et d’anticommunautaire, l’application de cette loi a été reportée à juillet 2011 pour laisser le temps de négocier avec les différents acteurs du marché.

Mais après avoir été repoussée, cette loi pourrait bien être rabotée. Eric Besson, nouveau Ministre de l’Industrie en charge de l’économie numérique a demandé la création d’une commission d’acteurs, comprenant Pierre Kosciusko-Morizet, ayant pour objectif de proposer des solutions alternatives.

Cette « taxe Google » pourrait ne jamais voir le jour. Le gouvernement ne veut pas lâcher du leste dans la taxation des géants du web qui profite du réseau sans contribuer à son développement.

2. Les réseaux sociaux : Facebook, Twitter, Diaspora… Ca va bouger en 2011 ?

Depuis 2007 nous entendons tous parler de la fameuse IPO de Facebook. 2011 sera-t-elle l’année de l’introduction en bourse de Facebook ? Je ne pense pas. Facebook a trouvé son model de rémunération, et a aujourd’hui une position hégémonique. Mark Zuckerberg n’a pas l’intention de vendre son entreprise. Ils n’ont pas besoin d’être en bourse pour attirer les investisseurs. Rien qu’aujourd’hui, Goldman Sachs a investi 450 millions de $ dans Facebook.

Twitter a connu en 2010 une année d’explosion. Toujours à la recherche d’un modèle de rémunération stable, le réseau de microbloging ne devrait pas connaître une révolution en 2011. Twitter devrait continuer son ascension et proposer de nouvelles solutions de communication publicitaire.

Enfin Diaspora qui vient de lancer sa version Alpha sera peut être le réseau social de 2011. Après avoir beaucoup fait parlé en 2010, nous attendons tous de voir ce que pourra offrir ce nouveau réseau social « éthique ».

Mise à part les changements d’interface que nous propose Facebook chaque année, il ne devrait pas y avoir de révolution sur les réseaux sociaux en 2011. Les règles de communication ont été posées en 2010 et les marques vont tout donner pour gagner en notoriété et développer leur communication sur ces plateformes.

3. Le mobile : l’explosion des tablettes tactiles

Apple a ouvert la voie avec l’iPad. Samsung a suivi avec la Galaxy Tab. Motorola XOOM, BenQ, HTC Sribe, BlackBerry PlayBook… Voici quelques tablettes tactiles qui devraient voir le jour en 2011. La réponse à Apple des fabricants a été beaucoup plus rapide que pour iPhone. La plupart de ses nouvelles tablettes seront sous un environnement Android. Reste à savoir quelles offres nous proposerons les opérateurs mobiles.

4. Technologie : la prise de pouvoir du HTML 5 et du CSS 3

Ces deux nouvelles technologies sont déjà mise en place depuis plusieurs mois et offrent enfin une compatibilité sur l’ensemble des supports (mobile, Mac, Windows, Linux..). Les supports devraient finir de migrer afin d’accueillir cette nouvelle technologie. Windows Mobile 7 devrait être opérationnel pour Juillet 2011 (déjà disponible sur iPhone depuis Janvier 2010).

Cette nouvelle technologie propose des avancées considérables dans l’interactivité. Les moteurs de recherche prennent déjà en compte certaines nouvelles balises de localisation du contenu. Il est donc temps pour vous en 2011 de migrer votre site sur HTML 5 si ce n’est pas déjà fait.

5. Publicité Online : vers la régionalisation

Beaucoup d’offres ont vu le jour en 2010 proposant de la bannière display géolocalisée. Suivant l’offre de Google, les régies ont trouvé de nouveaux annonceurs, beaucoup moins regardant sur les tarifs négociés, et leurs proposent de prendre la parole localement.

C’est une grande avancée pour les PME / PMI, qui auront de nouvelles opportunités de conquêtes, autres que les canaux de communication historiques (presse locale, affichage, mailing…)

2011 sera l’année du rapprochement des marques avec les internautes. Les réseaux sociaux, la régionalisation offriront de nouvelles perspectives de communication avec les clients / prospects.

Mais comme toujours sur Internet, il est très difficile de faire des prédictions sur le marché. Les acteurs nous réservent surement quelques belles surprises. 2009 a été une année de crise. 2010 a été une année de consolidation. 2011 sera peut être une année de reprise… enfin espérons le !

Source : (http://www.le-webmarketeur.com/)

Paypal a bloqué le compte de WikiLeaks !!

Le service de paiement en ligne PayPal a décidé de bloquer le compte de WikiLeaks suite à une prise de position du gouvernement américain qualifiant d'"illégales" les activités aux Etats-Unis de ce site de révélations, a indiqué aujourd'hui son vice-président, Osama Bedier.

Suite à des rumeurs faisant état de pressions américaines sur Paypal, l'administration américaine a tenu pour sa part à préciser mercredi qu'elle n'avait jamais adressé directement une lettre à Paypal demandant une quelconque action au sujet de WikiLeaks.


Le 27 novembre, le département d'Etat (ministère des affaires étrangères), "a écrit une lettre disant que les activités de WikiLeaks étaient considérées comme illégales aux Etats-Unis", déclare M. Bedier dans une vidéo disponible mercredi sur le site de plusieurs médias.


"En conséquence, nos contrôleurs internes ont dû prendre la décision de suspendre le compte de WikiLeaks et en ont informé le détenteur", poursuit M. Bedier, qui intervenait de Paris depuis un salon consacré à l'internet. Le département d'Etat a de son côté affirmé mercredi n'avoir jamais demandé quoi que ce soit à Paypal contre WikiLeaks.


"Le gouvernement américain n'a pas écrit à Paypal pour lui demander une quelconque action au sujet de WikiLeaks. Ce n'est pas vrai", a affirmé un porte-parole du Département d'Etat sur Twitter.


Un porte-parole de Paypal a précisé à l'AFP que c'est "sur la base de la position du gouvernement américain et en aucun cas sur la base d'un courrier directement adressé à Paypal que l'équipe qui gère les considérations générales d'utilisation des comptes Paypal a gelé le compte de Wikileaks".


"Il s'agit d'un gel, pas d'une confiscation", a assuré ce porte-parole du site de paiement en France, Marc Jaugey. Cette suspension durerait "180 jours maximum". Si aucune décision de justice ne vient confirmer le caractère illégal de Wikileaks, le compte sera réactivé, d'après ce porte-parole.


Les Etats-Unis et d'autres gouvernements ont affirmé que la divulgation des notes diplomatiques américaines par WikiLeaks enfreignait la loi de leurs pays.

Source : (http://www.lefigaro.fr/)

Le e-commerce en Norvège et en France

Internet est sans conteste un outil essentiel du système économique globalisé. Les différentes plateformes, canaux et média qui ont émergés facilitent grandement le commerce et la vente au détail en ligne. On parle alors de commerce électronique ou e-commerce. Le plus souvent, il s’agit de la vente et de l’achat de biens et de services par le réseau internet.




En France comme en Norvège, le commerce électronique est en forte augmentation. L’e-commerce est un des marchés les plus dynamiques dans toute l’Europe et le restera en 2011. En 2003, le commerce en ligne représentait une valeur de 44,7 milliards d’euros de chiffre d’affaire dans la zone européeenne. Celle-ci est passée à 143,7 milliards d’euros en 2008, soit une augmentation de 221%. Malgré la conjoncture de 2009, l’e-commerce a continué d’enregistrer des performances excellentes avec une croissance de 22% ce qui équivaut à 4,7% du commerce de détail en Europe.

Ce dossier à pour but de mettre en évidence les tendances du e-commerce dans les deux pays pour mieux les comparer et voir le potentiel de commerce en France et en Norvège. Dans les deux pays, le e-commerce représente une réelle opportunité de développement pour les entreprises puisqu’il permet d’ajouter un canal de distribution complémentaire aux circuits traditionnels.

EN FRANCE

En 2009, le marché français du e-commerce était l’un des marchés les plus dynamiques d’Europe avec près de 24,7 milliards d’euros de chiffre d’affaire et on attend un chiffre de 36,6 milliards en 2011. Les acheteurs français sur Internet ont dépensé en moyenne 995 euros en 2009 pour un prix moyen de 50 euros par produit. En Norvège, le budget moyen par acheteur en ligne fut de 1102 euros pour la même année. Dans les deux pays, le marché reste dominé par des généralistes qui recourent à l’offre de commerçant tiers tels qu’E-bay, Priceminister, Amazon. Un site français tel que Pixmania a réussi son implantation avec son site Internet traduit en norvégien.

Ces leaders sont difficiles à concurrencer pour les PME présentes sur le marché, toujours à la recherche de relais de croissance. Nombreux sont les distributeurs traditionnels qui n’ont toujours pas de site Internet de vente en ligne (H&M, Jardiland…) malgré les avantages concurrentiels non négligeables dont ils disposent (notoriété, taille de leur réseau et de leur centrale d’achat...).

En France comme dans de nombreux autres pays, face à la crise et aux préoccupations environnementales et sociales, le « consommer responsable » est devenu plus qu’une mode. En effet, pour 75% des Français, le développement durable est une nécessité ! 58% des Français affirment avoir acheté au moins un produit bio dans les 3 derniers mois et 52% un produit équitable.

L’e-commerce équitable est un créneau porteur qui a tout à gagner d’une présence sur le web. Certains sites de grands distributeurs comme houra.fr se positionnent déjà sur le créneau bio.

D’autres acteurs tirent leur épingle du jeu comme consoglobe.com, leader de l’info et de la consommation écolo sur le web. La toile a donc tout intérêt à refléter cette tendance étant donné le fait que le développement durable et Internet laissent plus de place à un esprit participatif.

EN NORVÈGE

La Norvège est un des pays de l’OCDE qui a le mieux résisté à la crise financière. Les perspectives de croissance sont bonnes avec +2,7% en 2011 et une faible augmentation du taux de chômage devrait resté inférieur à 4%. La situation budgétaire favorable à la Norvège lui a permis de stimuler massivement l’activité. Le gouvernement norvégien a lancé le projet eNorway2009 dont l’un des objectifs est l’innovation et la croissance dans le business et l’industrie par les TICs.

Le secteur du e-commerce est en pleine expansion dans le pays : en 2005, il représentait seulement 8% du chiffre d’affaire des entreprises contre 22% en 2008.

En 2009, 63% des ménages norvégiens ont acheté des produits sur Internet. La Norvège est l’un des pays où la dépense moyenne par habitant est des plus élevées avec 694 euros. C’est près du double de la moyenne européenne qui est de 358 euros. La Norvège se place au dixième rang européen en terme de vente en ligne totales, cependant, elle dispose d’un prix moyen par produit acheté nettement plus élevé que ses voisins avec 85 euros.

Les cyberacheteurs sont beaucoup plus nombreux dans le Nord de l’Europe car le taux de connexion y est bien plus élevé que dans le reste du continent. En Norvège, 73% des foyers sont dotés du haut débit et pas moins de 84% sont reliés à Internet !

La quasi-totalité des foyers comptant au moins un enfant possède un ordinateur et il y a plus d’abonnements téléphoniques que d’habitants. Parmi les entreprises de plus de 10 employés, 8 sur 10 ont désormais accès à Internet, contre 4 sur 10 en 1998.

La confiance envers le paiement en ligne est aujourd’hui acquise par le biais de paiements électroniques sécurisés. Chaque consommateur du système bancaire par Internet reçoit sa propre identité bancaire pour assurer une identification en ligne sécurisée.

Même si la Norvège n’est pas membre de l’Union européenne, son secteur de télécommunication est synchronisé avec la législation européenne correspondante. La loi norvégienne sur l’e-commerce est entrée en vigueur le 1er juillet 2003. Elle reprend essentiellement les dispositions relatives au marché intérieur permettant au citoyen et aux fournisseurs norvégiens, tout comme dans le reste de l’Union Européenne de profiter des opportunités offertes par le commerce électronique.

Notez toutefois que si vous souhaitez créer un nom de domaine en .no, la loi sur le droit de rétractation norvégien s’applique alors. En effet, la loi norvégienne diffère de la loi française en ce qui concerne les droits des consommateurs. La particularité de la Norvège est qu’elle protège plus l’acheteur que la France dans le domaine de la vente à distance. En France, le Code de la Consommation dispose que le consommateur a d’un délai de sept jours francs pour exercer son droit de rétractation. Dans la loi équivalente norvégienne le droit de rétractation est de 14 jours (qui peut s’élargir à 3 mois ou un an dans certains cas).

UN SECTEUR AUX OPPORTUNITÉS MULTIPLES

L’e-commerce continue de gagner des parts de marché malgré un contexte économique difficile. A titre d’exemple, actuellement, les secteurs les plus porteurs en France sont l’optique, l’électronique grand public et les arts de la table. La marge de progression reste donc énorme, et offre des opportunités de développement très attractives pour les distributeurs les plus présents.

Une telle vitalité s’explique non seulement par la hausse de la population de cyber-acheteurs (elle augmente trois fois plus vite que la population d’internautes) mais également par un effet d’offre, aussi bien quantitatif (le nombre de sites marchands est en très forte augmentation) que qualitatif (des concepts innovants). Les prévisions pour l’année 2010 montrent que le commerce de détail en Europe devrait augmenter de seulement 1,4% alors que les ventes en ligne devraient enregistrer une croissance de près de 20% en Europe. On parle de 16% en France.Des taux très élevés sont notamment attendus en Norvège avec un taux de croissance des ventes en ligne de 21%.

Au niveau mondial, on estimait en 2009 que le commerce de détail sur Internet passerait de 68 milliards d’euros cette année là à 114 milliards d’ici 2014. Les possibilités de croissance sont encore nombreuses avec notamment l’Internet mobile. Une enquête a montré qu’en 2009 12,2% de la population en Norvège accède à Internet via leur téléphone portable chaque semaine et 5,6% tous les jours. Les entreprises ainsi que les utilisateurs se connectent de plus en plus à Internet à travers leur portable et ce chiffre n’est pas prêt de s’arrêter d’augmenter.

En France comme en Norvège, il existe donc un fort potentiel dans le secteur du e-commerce. Les deux pays offrent de nombreuses opportunités notamment pour les concepts les plus innovants.

Source : (http://www.francemondexpress.fr/)

Share

Twitter Delicious Facebook Digg Stumbleupon Favorites More