lundi 29 novembre 2010

SIB 2010 Tunisie : Des bénéfices mais aussi des imperfections...

La nouvelle édition du Salon International de l'Informatique et de la Bureautique (SIB) en Tunisie s’est organisé du 23 à 27 novembre 2010, au Parc des Expositions et Centre de Commerce International de Tunis - El Kram.

En quête de nouveautés dans le domaine des nouvelles technologies, on s’est retrouvé dans une « Market Place ». Chaque exposant cherche à attirer des clients avec une manière classique. Le nombre de stands était très grand mais avec une absence de qualité de services.  Quelques produits sont présentés sans fiches techniques !!!! 

A part le lancement de la tablette magique de « Samsung Galaxy », on s’est trouvé devant des vendeurs qui cherchent bien entendu à promouvoir leurs produits « Des offres presque connues » sans présenter de nouveautés. Ceci a vraiment gêné les visiteurs qui s’attendaient d’une nouvelle révolution surtout que la Tunisie se prépare pour l’année 2011, dédiée aux Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication. 
 
En outre, la « Smart Pad » commercialisée par Hexabyte (Le fouisseurs d’accès internet), était un point fort pour ce FAI, puisque cette tablette est utile et simple avec un prix raisonnable  « 299 D ttc pour les abonnés chez Hexabyte » et « 399 D ttc pour les autres ». Sans oublier bien sûr la tablette « Point of view à 259 D ttc et commercialisée par Carrefour Informatique», mais avec un problème majeur qui est l’absence d’accès au « Google Market » .Cette tablette ne pourra pas servir à grand-chose pour un développeur puisqu’il n’aura  pas  accès aux applications.

Ce qui est vraiment intéressant, c’est la présence d’un ensemble d’entreprises qui ont montré que la Tunisie possède du potentiel dans le domaine des nouvelles  technologies. Citons l’exemple « ITA SECURITY » (Fournisseurs de solutions de sécurité)  avec un slogan vraiment séduisant  « Be sure …Be safe ». 
Cette entreprise a offert des solutions pour les entreprises afin d’améliorer leurs sécurités et bénéficier des solutions VPN.  

En général, l’édition 2010 n’a pas réussi à « satisfaire » les différents visiteurs. Le vrai succès était au niveau de quelques entreprises qui n’ont pas laissé cette occasion passer sans se faire paraître dans le marché avec des solutions et de services vraiment attirants. Espérons bien la prochaine édition aura encore plus de réussite.         

Le e-commerce fait son entrée sur Facebook avec l’application de social shopping

Avec Boosket, tous les acteurs de la vente - du petit créateur aux plus grandes marques - peuvent intégrer en quelques clics un volet e-commerce à leurs pages Facebook. L’application innovante et clé en mains a récemment été primée lors du TechCrunch France Remix.







Paris, le 24 Novembre –Avec l’application Boosket, solution complète de social shopping, tous les acteurs de la vente, des plus petits au plus grands, peuvent désormais intégrer une boutique sur leur page facebook et permettre à leurs fans d’y consulter, et bientôt d’acheter, leurs produits.

Avec plus de 18 millions de membres actifs en France et plus de 3 millions de Pages actives dans le monde, Facebook est une plateforme relationnelle essentielle pour les marques. Boosket leur permet d’aller encore plus loin en y intégrant leur catalogue de produits, mais également en créant des opérations dédiées pour leurs fans. Récompensé le 16 novembre dernier au TechCrunch France Remix en tant que meilleure start-up française, Boosket séduit les marques. Lancé en version bêta mi-septembre 2010, l’application Boosket est déjà utilisée par 250 boutiques dont Naf-Naf, Archiduchesse, Kiabi ou Pixmania.

Simple, personnalisable et souple Simple d’installation et d’utilisation, Boosket permet en quelques clics de créer une boutique personnalisée. S’adressant aux grandes marques comme aux toutes petites, Boosket est une solution d’animation et de monétisation idéale alliant personnalisation de la boutique et souplesse dans le choix des formules. Il est aujourd’hui possible de souscrire à différentes options de boutiques allant de 100 à plus de 5000 produits exposés. La page facebook devient une boutique à part entière et permet d’organiser facilement des opérations uniques réservées aux fans. Tout est possible : contenu exclusif, réductions, offres spéciales, ventes privées, lancement…

Avec Boosket tout le monde peut créer une boutique sur Facebook


Comment créer votre boutique


Les utilisateurs disent « j’aime » Des boutons de partage sur Facebook sont disponibles sur chaque boutique Boosket. Une fois le produit repéré, les utilisateurs peuvent donc promouvoir leur coup de cœur auprès de leurs amis et/ou procéder à l’achat. Le processus viral s’implique ainsi non seulement à la marque dans son ensemble, mais aussi à ses produits. Or, le bouche à oreille et le conseil des amis restent les principaux prescripteurs lors d’une décision d’achat. A partir du 15 décembre, l’achat pourra se faire directement depuis la page facebook avec Paypal pour une transformation de l’achat plus efficace et un meilleur suivi.
Boosket en quelques points
  •   La solution clé en main de social shopping sur Facebook, simple, personnalisable et souple
  •   Animation : une boutique de produits directement sur la page fan offrant la possibilité d’organiser des opérations exclusives auprès d’une communauté de fans
  •   Une solution virale : les fans peuvent partager leurs coups de cœur sur Facebook
  •   Vente : Lancement le 15 décembre de la possibilité d’achat directement depuis la page fan avec Paypal A propos de Boosket Créée par 4 français (Josué Solis, Joel Solis, Régis Gaidot et Benjamin Boccara), Boosket est une solution clé en main de social shopping sur Facebook. Elle permet en quelques minutes de créer facilement sa boutique personnalisée directement sur sa page Facebook. Lancé en version bêta le 15 septembre 2010, Boosket compte déjà 200 boutiques utilisatrices et permettra l’achat depuis la page fan à partir du 15 décembre. Disponible en 5 langues, l’application allie simplicité, personnalisation et souplesse en offrant aux marques un moyen exclusif pour animer leur communauté grâce à une application qui permet de proposer de 100 à plus de 5000 produits. Pour plus d’information.
veuillez vous rendre sur : http://www.boosket.com/fr

Source : (http://www.com-unik.info/)

Développer son activité e-commerce

Développer son activité e-commerce est sorti en octobre dernier aux éditions Nathan. Surfant sur une tendance qui s'affirme de plus en plus - le succès du e-commerce - le concept original propose un livre associé à un accès réservé sur Internet à tous ses lecteurs. Le but: donner les clés à chacun pour développer son activité e-commerce.




L'ouvrage est sorti dans les bacs le mois dernier. Il est basé sur un concept particulièrement original et innovant, le bi-média: un livre classique sous format papier et un site internet complémentaire pour prolonger sa lecture et sa curiosité sur diverses thématiques autour du commerce en ligne. En somme, les auteurs proposent plusieurs types de lecture et ouvrent leur travail au plus grand nombre.

C'est pourquoi malgré ses 216 pages, Développer son activité e-commerce se lit rapidement et, quand bien même on ne souhaiterait pas tout parcourir, la structure-même de l'ouvrage permet aisément de tirer une excellente première compréhension de ce qu'est aujourd'hui le métier de e-commerçant, les différentes étapes à franchir pour une ouverture de commerce en ligne ainsi que des astuces pratiques.

Découpé sous forme de fiches à la fois synthétiques et détaillées, l'ouvrage a fait appel à des experts pour chacune des 5 thématiques traitées, ce qui en fait une source d'informations fiable, facile d'accès et pratique.

Source : (http://www.fonds-commerce-magazine.fr/)

Réalité augmentée + capture de video & image

Basée au Japon la société Aitia Corporation a lancé la première application de capture de  vidéo et image couplé avec la réalité augmentée. L’application à pour nom « Mosimo Camera ».



Le nom « Mosimo » peut être traduit par « et si … » en japonais et l’idée est de permettre aux utilisateurs de prendre des photos incroyables sans avoir à les éditer après la prise.

Le nom « Mosimo » vient de « et si … » en japonais et l’idée est de permettre aux utilisateurs de prendre des photos incroyables – à savoir «que faire si votre petite amie brillaient à la lumière? »

L’application s’appuie sur la technologie initialement développée pour la signalisation numérique interactif intitulé «Aitia Symphonic Motion Mobile», permettant la fusion des effets virtuels dans des vidéos et des photos en temps réel.

Mosimo Camera


L’utilisation est très simple et ne nécessite que deux étapes. Tout d’abord, les utilisateurs choisissent un effet parmi les 12 différents types présents, et de lancer la caméra. Le soft suit automatiquement le mouvement (s) et le visage (s) les l’objet (s) et crée l’illusion de l’effet en temps réel.

Comme pour les images fixes, il ya 16 effets à choisir et à nouveau Mosimo appareil photo détecte le visage (s) et fonction (s) de l’objet (s) et fusionnent ensuite l’effet choisi avec l’image en temps réel.

Mosimo caméra est disponible en téléchargement gratuit,  nécessitant la version 2.1 ou supérieur.Pour l’avoir il suffit de rechercher « mosimo » dans l’Android Market.

Source : (http://www.tunandroid.com/)

TeamViewer BETA pour Android !

Enfin! L’équipe de TeamViewer a publié une version bêta de ce logiciel extrêmement puissant. Si vous êtes nouveau à TeamViewer, alors voilà une brève description:

"TeamViewer vous permet de contrôler le PC de votre/vos«partenaire(s)" à distance. TeamViewer se connecte à un PC ou un serveur en quelques secondes. »



« Vous pouvez ainsi contrôler le PC de votre partenaire comme si vous étiez assis en face de lui.  »
La version bêta comprend une limite de temps et peut être utilisé jusqu’au 31-Jan-2011.
Plus d’informations sur les options de licences seront livrées avec la sortie de la version finale.
Une utilisation non commerciale de l’application est et restera gratuite dans la version finale !

Lien pour télécharger: http://www.teamviewer.com/

Source : (http://www.tunandroid.com/)

L’android Market et le filtrage

Bientôt (le 30 novembre) le google marker aura une fonction toute nouvelle.C’est celle de filtrer le contenu par Tranche d’age.

C’est donc aux développeurs de commencer par préciser, si leurs applications sont pour « tous », « pré-ados », « ados », ou « Adulte » public.

Les applications qui ne seront pas notées par les développeurs seront classées dans la section ‘Adulte’ par mesure de sécurité.

 


Si vous êtes de développer et souhaitez avoir plus de détails veuillez suivre ce lien:
http://market.android.com/support/bin/answer.py?answer=188189



Source : (http://www.tunandroid.com/) 
VN:F [1.9.6_1107]

samedi 27 novembre 2010

Tunisie : Le Web Marketing en débat au siège des Patrons tunisiens

Sous le thème « Le Web Marketing et son rôle dans la promotion des produits Tunisiens sur Internet »,  la Chambre de Commerce et d’Industrie de Tunis organise, sous l’égide du Ministère du Commerce et de l’Artisanat et en collaboration avec l’Union Régionale de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat de Tunis, un séminaire le Mardi 21 Décembre 2010, au siège de l’Union Tunisienne de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat (UTICA).

 


Ce séminaire vise à vulgariser la technique du marketing à travers le web en tant que stratégie adoptée par l’entreprise en vue de garantir une présence plus accrue dans le réseau économique mondial et gagner le pari de la compétitivité.

Le programme comportera cinq volets :

1- Le Cadre Général et la stratégie de l’économie immatérielle
2- Avoir une stratégie Internet avant de communiquer sur Internet
3- Les techniques du Web Marketing et leurs utilités dans le cadre d’une stratégie Web
4- Les moyens de prospection sur Internet
5- Les expériences dans le domaine du web marketing


Source : (http://tunisiait.com/)

Tunisie : Vers une administration électronique plus moderne

L’élaboration des projets de loi portant sur l'échange des données par l'usage des technologies de l'information et de la communication et instituer le cadre juridique de la mise en ligne des marchés publics et des Archives nationales étaient parmi les principaux mesures présidentielles décidées lors du conseil ministériel réuni le vendredi 27 novembre 2010.

 

Toujours dans le souci de moderniser l’administration publique, d’autres mesures ont été prises telles que :
  •  La mise à niveau de l'infrastructure de base de la communication par le parachèvement du dispositif de "l'intranet dans l'administration" et du dispositif de "l'administration intégrée".
  •  Parachever le maillage de l'ensemble des structures publiques du Grand Tunis avant la fin de l'année 2011.
  •  Parachever la connexion de toutes les structures au niveau régional avant la fin de l'année 2014.
  •  Etablir un calendrier pour mettre en ligne 200 nouveaux services avant la fin de 2014.
  •  Actualiser et évaluer, périodiquement, les sites web.

Source : (http://tunisiait.com/)

France : Le e-commerce ne sera pas taxé, la publicité en ligne oui!

Tandis que le projet de taxe sur la publicité en ligne était adopté, celui de la taxe e-commerce était étouffée dans l'œuf mardi dernier. Retour sur un débat plutôt houleux qui s'est déroulé mardi dernier devant le Sénat.





Evaluée à une recette se situant entre 400 et 500 millions d'€uros par le rapporteur du budget, Philippe Marini, le projet prévoyait de taxer à 0,5% toute transaction réalisée en ligne entre entreprises. Philippe Marini a dû retirer son amendement devant un Sénat éberlué par la mesure et par les chiffres présentés. Ce dernier ne s'en laisse pas compter, il lui a été promis la création d'un groupe de travail sur le sujet.
Il est vrai que la taxe e-commerce à son origine, devait permettre la mise sur un pied d'égalité des grandes surfaces commerciales en ligne( telles Pixmania, Price Minister, Mistergooddeal, ou encore Amazon,etc.) avec leurs homologues qui ont pignon-sur-rue.

Cependant, celle qui a été adoptée en première lecture consiste en un prélèvement à la source de 1% sur la totalité des investissements réalisés par les annonceurs en termes d'achat d'espaces publicitaires en ligne. Censée rapporter 10 à 20 millions d'€uros, cette taxe sur la publicité en ligne a pour but premier de rééquilibrer le marché de la publicité online dont le leader incontesté reste Google.

L'application de cette taxe n'est pas sans soulever de nouvelles problématiques. La crainte est surtout au renforcement des inégalités entre entreprises tricolores et grands groupes américains, à la "délocalistation" des achats d'espaces hors du territoire et à la difficulté croissante d'attirer les annonceurs étrangers.
Celle-ci entrera en vigueur comme la plupart des mesures du projet de loi de finances à compter du 1er janvier 2011.

Source : (http://www.fonds-commerce-magazine.fr/)

E-commerce et commerce traditionnel, comment s’adapter ?

E-commerce et commerce traditionnel, complémentaires, opposés ou simplement différents ? Une question qu’on se pose depuis l’apparition du e-commerce au Maroc. Ce mode de vente simple et pratique a réussi en une période assez courte à détrôner le réseau de distribution traditionnel dans différents pays.


Depuis quelques années, le e-commearce fait déjà quelques millions d’adeptes de par le monde, entre le Maroc et les différents autres pays. Si on prend le cas des paiements par carte bancaire au Maroc, et d’après les sites de Maroc Télécommerce, les chiffres sont largement satisfaisants, puisqu’ils ont atteint 85,5 millions de DH au 3ème Trimestre 2010. Une progression de 24% par rapport au 2ème de la même année ce qui induit une augmentation des transactions réalisés de 9000 transactions en 2008 à 200000 transactions en 2010. Des chiffres certes très intéressants pour le e-commerce mais qui influencent dans certains cas le commerce traditionnel. Alors, comment le réseau de commerce traditionnel peut s’adapter rester pour pouvoir rester compétitif face à Internet et aux nouvelles technologies ?

Manque de temps chez les consommateurs, prix imbattables sur les sites, rapidité et facilité d’achat et beaucoup d’autres arguments font que les consommateurs préfèrent de plus en plus se tourner de plus en plus vers l’achat via Internet, et à choisir la vente en ligne. Derrière tout cela, les deux piliers du commerce (e-commerce et le réseau de distribution traditionnel) ont mis en place leurs stratégies de vente.

Suite à cette évolution, tous les secteurs se sont mis en garde vis-à-vis du e-commerce; certains ont même choisi de se lier au e-commerce tels que Maida, Au Derby, Tangérois, Micro Choix,et même quelque services publics s’y sont mis (Maroc Telecom, Lydec, Trésorerie Générale du Royaume,….).

 
Cette ligature permet au commerce classique d’augmenter sa visibilité, d’améliorer son image de marque et se rapprocher de plus en plus des consommateurs, puisqu’une fois sur le site l’internaute n’a besoin que de quelques clics pour avoir accès à l’ensemble des informations sur la marque, ses produits et bien sûr un accès permanent aux promotions quasi continuelles proposées par ces sites, qui d’autant plus y proposent dans la majorité des cas des prix plus bas que dans leurs boutiques ou magasins réels. Le client pourra donc passer sa commande sur internet et la recevoir chez lui ou passer la récupérer dans le magasin.

Grâce au e-commerce, le commerçant pourra enfin collecter un maximum de donnés sur ses clients pour mieux les connaitre et mieux répondre à leurs besoins. Ceci aidera aussi lors des lancements des campagnes marketing, qui, seront de plus en plus ciblées.

Les professionnels du marché traditionnel peuvent utiliser leur expérience sur le terrain afin de servir les internautes. Tout est donc possible à condition de bien cerner les besoins de sa clientèle et de savoir y répondre par n’importe quel moyen.

Afin d’encourager les e-commerçants marocains, plusieurs aides sont mis à leurs disposition. Donnant l’exemple de Maroc Télécommerce, qui crée, tous les ans lors du salon Med-It à Casablanca, un concours qui voit décerner le prix du meilleur site de e-commerce au Maroc et qui aide les futurs e-commerçants à mieux concevoir l’avenir de leurs sites.


La question qui concerne de plus en plus les internautes, et qui s’impose ses derniers jours comme polémique publique et discussions de cafés, traitée que ce soit dans la presse, ou même devant le parlement : à quand l’application des textes de loi concernant la protection des données et informations personnelles, via les nouveaux outils technologiques, que ce soit le téléphone mobile, ou le réseau Internet) ? 

Source : (http://www.emarrakech.info/)

vendredi 26 novembre 2010

Tunisie : E-Taalim, premier site web tunisien à vocaliser l’intégralité de son contenu

Pour la première fois en Tunisie, e-Taalim, revue électronique spécialisée dans les domaines de formation en ligne de type e-Learning et Blended-Learning (formation mixte) annonce officiellement le lancement d’un service totalement innovant: la vocalisation de l’ensemble de son contenu (pour ses trois versions française, arabe et anglaise).

 




Ce service 100% gratuit, entre dans le cadre d’un partenariat entre Internet Marketing Solutions (IMS), la société éditrice de e-Taalim et ReadSpeaker, entreprise Européenne de création de logiciels de vocalisation de sites web.

Vous aurez alors non seulement la possibilité d’écouter chaque article et chaque page du site, mais également de le télécharger en format « mp3 », afin de pouvoir en profiter ou que vous soyez et à n’importe quel moment de la journée.

Depuis son lancement, e-Taalim s’emploie à offrir des informations gratuites dans les secteurs de l’éducation et de la formation. Grâce à ce partenariat stratégique, elle ne fait que consolider sa vision de l’aspect social de la société, qui relève d’un double objectif : le premier, étant de réduire la fracture numérique entre les peuples. Le deuxième, dans un noble souci d’encadrer au mieux les personnes à besoins spécifiques, pour qu’elles puissent au même titre que tout le monde, intégrer aux mieux la société du savoir et des nouvelles technologies.

Car de nos jours, Internet pose un problème à un grand nombre d’internautes, notamment à cause d’un contenu extrêmement diversifié, présenté sous forme de supports, la plupart du temps inadaptés par rapport à la taille des écrans des ordinateurs et des terminaux (surtout pour les téléphones portables). On se retrouve alors avec près de 20% de la population occidentale se plaignant de problèmes de lecture, aggravé de plus en plus dans d’autres parties du globe.

La vocalisation web se présente donc comme une alternative intéressante, dans la mesure où celle-ci permettra à n’importe qui, outre les déficients visuels, à l’instar des dyslexiques, personnes ayant un faible niveau d’alphabétisation, personnes mobiles, personnes ayant un niveau linguistique faible…de pouvoir assimiler  n’importe quel contenu qui se trouve sur le net.

A propos de ReadSpeaker®  (http://www.readspeaker.com/fr)
ReadSpeaker® est le leader mondial dans le domaine de la vocalisation en ligne de contenus sur Internet.  En 1999, les fondateurs de ReadSpeaker® sont à l'origine de la première application web de vocalisation pour sites Internet. A ce jour les services web de synthèses vocales de ReadSpeaker® sont utilisés par des milliers de sites Internet et écoutés par des millions d’utilisateurs.

 ReadSpeaker® vocalise le contenu en ligne dans 30 langues différentes et propose un panel d'applications audio non seulement pour les sites Internet (incluant les documents en ligne et les formulaires web) mais également pour les sites mobiles, les applications mobiles, les flux RSS, et les campagnes en ligne, tant sur les ordinateurs que sur les supports portables.

 ReadSpeaker® a une grande variété de clients appartenant aux secteurs privé, média, public et associatif dans le monde entier

Source : (http://tunisiait.com/)

Médisance et règlements de comptes sur les médias sociaux

De plus en plus, des organisations viennent me consulter pour savoir comment gérer la médisance sur les médias sociaux. C’est une zone grise difficile à gérer pour les entreprises de même que pour les individus. Pour nous aider dans cette tâche il y a bien entendu le tableau des processus de réponses de la US Air Force dont j’ai parlé dans le billet US Air Force, Vos enjeux de relations publiques 2.0 peuvent difficilement être pires que les leurs, il y a les différents outils de monitorage et d’évaluation de l’influence dont j’ai parlé maintes fois dans ce blogue, de même que les poursuites possibles si la médisance traversait la subjective ligne de la diffamation. Mais il y a aussi les répercussions de l’inaction ou de l’action à soupeser dans la balance.

Il y a quelques semaines, une organisation nationale me consultait afin de savoir comment elle devait réagir à un ancien fournisseur qui les accusait de tous les maux sur twitter et Facebook, parce que l’organisation n’avait pas renouvelé son contrat. Après une analyse minutieuse de la situation, je suggérais de rencontrer le fournisseur et de ne pas réagir sur les médias sociaux. C’est que des fois, s’il y a un problème de déceler sur ceux-ci, de réagir d’une manière ou d’une autre sur les médias sociaux, risque de faire aggraver le problème et de le signaler à une foule d’autres intervenants qui ne sont pas du tout au courant du problème. Pour votre info, je viens tout juste de discuter avec cette organisation. Ils ont rencontré le fournisseur, celui-ci a admis avoir dépassé les bornes et l’affaire est classée.

Observation :
  • Ce fournisseur en lavant son linge sale en public ne s’est certainement pas attiré de nouveaux clients. Des clients qui pouvaient trouver ses produits ou services intéressants seront désormais sur leur garde, de peur qu’une fois le mandat complété, il se mette à leur faire aussi un procès d’intention.
  • Tous les gens qui sont entrés dans la discussion sans avoir eu les deux côtés de la médaille ont aussi été identifiés par l’organisation comme étant de potentiels adversaires de relations publiques. Il sera très difficile pour eux dans le futur, d’avoir la confiance de cette organisation et faire affaire avec elle.
  • C’est toujours « cool » de médire sur le perron de l’église. C’est humain, ça défoule, on se sent fort et courageux. Mais sur le web, nos écrits restent et le dommage pourrait être des fois plus grand pour celui qui fait de la médisance que pour celui qui en est victime.
  • La ligne est mince parfois entre de la médisance et de la diffamation. Vous pourriez être victime de poursuites ou perdre votre emploi si vous dites n’importe quoi à propos d’une organisation ou d’une personne sur le Web. Le délai de prescription pour une poursuite légale en diffamation est beaucoup plus long que le délai de réaction (ou non) aux conneries que vous pourriez dire.
  • Je crois fermement à la loi du karma et lorsque tu fais du mal, ça te revient toujours et pas nécessairement de celui à qui tu a fait du tord.
Observation personnelle. Je suis moi-même une marque et c’est encore plus difficile à gérer étant donné que les émotions sont fortes et que lorsque je suis témoin de médisance envers ma marque, c’est de moi aussi qu’il s’agit. Avec la sortie de Les médias sociaux 101, j’ai été témoin de nombreux coups bas et à cause d’une promesse de ne pas réagir que j’ai faite au directeur communication de l’éditeur, je n’ai nullement réagi à ces nombreux coups bas dont j’ai été victime. Ça aura sans doute été l’une des grandes leçons d’humilité et de relations publiques que j’ai faites durant la dernière année…

Michelle Blanc
Source : (http://www.michelleblanc.com/)

Le QR code est-il dépassé ? Dead Drop ?

Dead Drop est défini dans wikipédia comme "un emplacement utilisé pour passer secrètement des éléments entre deux personnes, sans les obliger à répondre". Un endroit où l'on tisse du lien en toute confidentialité
 
Dead Drops est le nouveau projet artistique de Aram Bartholl, qui met aux oubliettes les codes 2D, le web mobile et la techno sans fil.
 


"Dead Drops" est un partage de fichier que l'on réalise anonymement, en mode déconnecté et en réseau dans l'espace public. L'artiste «injecte» des lecteurs flash USB dans les murs, les bâtiments et les rues accessibles à tout le monde. Vous êtes invités à aller à ces endroits (jusqu'à 5 à New York aujourd'hui) pour brancher votre ordinateur portable à un mur, une maison ou un poteau et partager vos fichiers préférés et vos données. Chaque clé contient un fichier readme.txt expliquant le projet.
 
"Dead Drops" est un projet ouvert, à suivre à New York et dans d'autres villes. Une documentation complète «Comment faire vos propres Drop Dead" est à venir. Restez à l'écoute sur le site de l'artiste.
 
Il existe donc un autre moyen pour relier le réel et le virtuel, pour créer du lien... le QR code est-il dépassé ?
Rien n'est moins sûr : Bravo l'artiste ! 




Quand peut-on trouver des chefs-d'œuvre en Tunisie comme cette idée ???



Les Dead Drops se trouvent ici :
235 Bowery, NY (New Museum)
Union Square, NY (14 Station de métro St)


Source : (http://www.qrdresscode.com/)

Tunisie : La solution Juniper Networks au Storage & Security Forum Maghreb 2010

Pour la première fois en Tunisie, la société belge AB-DB, en collaboration avec ses partenaires locaux en Tunisie, organise le STORAGE & SECURITY Forum Maghreb le 30 novembre 2010 à l'hôtel El Mouradi de Gammarth-Tunis.

 



Les conférences sont en accès libre et vous permettent de compléter vos connaissances du marché tout au long de votre visite. Parmi les nombreuses conférences, Online Network Security  et Juniper Networks aura une intervention à l’heure suivante :

09h00: Online Network Security . JUNOS PULSE : la solution de sécurité de Juniper Networks pour les Smartphones  Juniper MOBILE SECURITY,.(par David Noguer Bau, Juniper Networks)

Le 1er rendez-vous des utilisateurs professionnels dans les entreprises, avec les fabricants, les intégrateurs et les sociétés de service spécialisées dans le stockage de données, l'archivage et la sécurité informatique.

L'entrée à l'évènement, aux conférences et le lunch sont libres d'accès pour tous les utilisateurs ICT dans les entreprises, sur simple pré-enregistrement sur le web-site, ou sur présentation de sa carte de visite à l'accueil.

Toutes les informations sur les conférences et les participants se trouvent sur le site www.iti-forum.com

A propos de Online Network Security

Créée en 2007 à Tunis par Mondher GAM, Consultant Senior en Sécurité et Réseaux , ayant plus de 15 ans d’expérience,  Online Network Security  est le spécialiste innovant de la sécurité informatique. Depuis 2007, Online Network Security  a développé une  vraie stratégie sur le continent africain à partir de ses bureaux de Tunis. Le partenariat solide avec Juniper Networks, leader mondial des solutions de sécurité et de réseaux, permet à Online Network Security  de compter parmi ses clients plusieurs grandes références tunisiennes et multinationales  (ABC Bank, La Banque Africaine de Développement, Citi Bank, TIB , la Compagnie des Phosphates de Gafsa) et des clients potentiels comme l’ANSI, l’ANCE , l’ANPE , TUNET, Hexabyte,  SOTETEL, la SNCFT, l’AIL , entre autres sans compter plusieurs  Ministères publiques.

Source : (http://tunisiait.com/)

Tunisie : e –Med Expo, un salon innovateur par excellence

Le salon méditerranéen du Webmarketing « e-Med Expo » sera l’évènement phare de l’année 2011 à travers un programme riche en conférences et réflexions. Le salon se déroulera au Golden Tulip El Mechtel du 9 au 11 février 2011.

Des invités de calibre seront au rendez-vous pour faire de la Tunisie la capitale méditerranéenne du Webmarketing. Google, Facebook et Microsoft France sont nos références pour un salon « 100% PRO ».

Trois pavillons étrangers sont confirmés pour le moment. Ces pavillons vont représenter la France, L’Algérie et Le Maroc. Une représentation qui confirmera l’élan méditerranéen du salon qui, malgré sa jeunesse, compte se placer à la tête des évènements professionnels.

Le salon professionnel méditerranéen du webmarketing est un véritable espace de communication dédié aux professionnels et fans du métier des talents. Trois jours d’expositions, de conférences et de partages d’expertises et d’expériences des différents participants locaux et étrangers qui ne font que partager les e-tendances de demain.

Outre les grands opérateurs, des experts à renommée internationale vont animer les conférences en partageant leurs savoir-faire avec les talents et fans venus du méditerranéen et de la Tunisie plus précisément.

Un salon pas comme les autres sera notre slogan en offrant une ambiance « In » avec le concours « e-MedExpo 2011 » en récompensant les innovations de l’année 2010 dans le domaine du web marketing. D’autres surprises seront au salon pour faire de ces trois journées, un formidable voyage d’innovation.
Pour plus d’information, consultez le lien suivant : http://www.e-medexpo.com/newsletter/02

Source : (http://tunisiait.com/)

Tunisie : StartupWeekend™Tunis à ESPRIT du 4 au 6 février 2011

L’Ecole Supérieur Privée d’Ingénierie et de Technologie (ESPRIT) abrite l’Evénement  2011 de la création de startups « StartupWeekend™Tunis » du 4 au 6 février 2011 à son siège au Technopark Al Ghazela.
 
 






En un Weekend, 10 startups vont être créés à Tunis !!
 
Startup Weekend Tunis va réunir 100 participants qui vont participer ou créer des startups à partir de leurs idées. Ils disposent de 54h pour monter leurs startups et la présenter le dimanche soir à un jury composé d’experts, d’investisseurs et des partenaires. Les meilleurs projets seront récompensés ou labélisés.

Le tout se développe dans un contexte stimulant, créatif, de plaisir et d’enthousiasme avec un livrable à produire avant le dimanche soir 18 heures. L’ambiance est électrique, concentrée, humaine, solidaire, experte, innovante, passionnée, compétitive… et tout ça en 54 heures chrono.
 
Les résultats


  •      Les participants réalisent qu’il n’est pas si difficile que cela de créer sa propre startup.
  •    Les porteurs d’idées concrétisent leur projet.
  •     Les participants se créent un solide réseau social de jeunes entrepreneurs et de professionnels.
 
Qui Participe ?

Ouvert à tous, Startup Weekend réunit des étudiants, des développeurs, des designers, des experts en marketing, des juristes, des investisseurs, des entrepreneurs ou tout simplement des personnes qui ont envie de lancer leurs startup.
 
Comment ça se passe ?

Le vendredi soir, les personnes qui le souhaitent pourront présenter une idée d’entreprise. Ensuite, les participants forment librement des équipes autour des meilleures idées (on compte généralement une dizaine de projets de startups par weekend). Le reste du weekend enchaînera des sessions de travail, jeux et Networking.
 
Pourquoi les participants doivent  participer ?

Sans compter le fait qu’à la fin du weekend, ils auront leur startup ou participé à l’aventure de création d’une startup, les participants vivront un niveau sans précédent de mise en réseau, de construction d’équipe, d’apprentissage et de leçons de vie.
Il y a une raison pour laquelle la plupart des participants reviennent pour chaque événement – c’est tout simplement sympa, solidaire, innovant, business et tous les participants saisissent des opportunités incroyables qu’ils ne trouveront nulle part ailleurs.
 
Des chiffres    

StartupWeekend fait partie d’un mouvement mondial piloté par StartupWeekend.org basée à Seattle (USA) qui a commencé ses activités en 2007 et s’est répandu comme une trainée de poudre à travers le monde entier.

Grace à l’action de ses bénévoles et de sa méthode unique d’animation, Startupweekend a déjà obtenu des résultats impressionnants.


  •   Déjà 20 000 participants, 40 pays, 120 évènements. La Tunisie est le 41éme pays et le 1° du Maghreb et 2éme en Afrique (après le Nigéria).
  •   30% des projets sont toujours actifs 6 mois après le lancement.
  •   10% des startups lèvent des fonds.
Les bonus de StartupWeekend™Tunis
 
   Lors du  StartupWeekend™Tunis, il y aura :


  •  Des interventions des experts de plusieurs domaines pour aider et encourager les participants dans le travail.
  •   Du coaching de la part de professionnels de plusieurs domaines.
  •   Une animation tonique, stimulante, humaine et experte.
  •   Le métissage de participants francophones européens et des participants tunisiens.
  •   La réintégration des résultats du startupweekend de Marseille qui se tient le 3-4 et 5 décembre 2010 et qui comprend des participants tunisiens.
 
Qui est l’organisateur de Startupweek End?
 
Startup weekend est une organisation sans but lucratif basée dans les environs de Seattle dans l’état de Washington (USA). Elle a commencé sont activité en 2007 et a déjà organisé plus de 130 évènements dans 40 pays de toute culture et niveau de développement.
Un événement a déjà été créé dans le monde arabe à Oman et sont en projet la Syrie, le Liban, le Maroc et l’Algérie.
 
Lors du StartupWeekeend de Marseille programmé le 3, 4 et 5 décembre une participation de créateurs d’entreprises tunisiennes est déjà mise en place.
 
Startup Weekend est animée principalement par des bénévoles et semi-bénévoles qui entourent et accompagnent les 3 responsables de Startup Week end et qui sont :
 

  •   Des bénévoles qui conseillent et supervisent
  •   Des bénévoles facilitateurs qui soulagent le travail des premiers
  •   Des bénévoles dans chaque pays qui prennent en charge l’organisation des événements dans chaque ville
 
A Tunis, les bénévoles sont :
 
* Hanene Elloumi : DAF PFLS Consulting, Sfax, aspects administratifs et financiers, sponsoring : 26701180 hanene.elloumi@pfls.fr
* Fadhel Guiga : Etudiant  Ingénieur SupInfo, membre de l’équipe organisatrice :  0033613528650 g.fadhel@hotmail.fr
* Zied Mhedbi : étudiant Etudiant ingénieur ESPRIT, logistique et gestion du lieu de l’événement : 22435553    zied.mhedbi@gmail.com
* Mohamed Amine Ouni : Etudiant ingénieur ESPRIT, Sponsoring, relation avec les parties prenantes : 22046189    ouni.med.amine@gmail.com
 
* Marouan Rejeb : Etudiant ingénieur ESPRIT, communication et Coordination : 22569426 marouan.rejeb@gmail.com
* Jean-Jacques Valogne : Développeur, spécialiste en référencement, a participé aux 2 startupweekend de Paris et au startupweekend de Genève, aide au référencement du StartupWeekend Tunis, 0033 6 62 57 30 20    jean-jacques.valognes@pfls.fr
* Jean-François Vermont : Directeur Associé PFLS Consulting Sfax, liaison avec startupweekend.org 24742000 - 0033145172860    vermont@pfls.fr

Plus d’informations sont disponibles sur le web de l’évènement : www.tunis.startupweekend.org 

Source : (http://tunisiait.com/)

jeudi 25 novembre 2010

Tunisie : La tablette à 259DT n’a pas accès au Google Market !

Une première information a circulé concernant les tablettes Point Of View commercialisées par Carrefour Informatique présentant un model qui n’était pas, finalement, celui qui a été présenté au SIB 2010. Cette information a été corrigé par la société qui commercialise ces tablettes à des prix à peine croyables.



Nous nous sommes abstenus de relayer l’information car nous doutions d’un point bien précis et nous avons envoyé plus qu’un reporter pour être sûr de ce que nous allons vous exposer, vidéo à l’appui.

Les spécifications de la tablette sont les suivantes :
  • Ecran tactile résistif de 7 pouces (800 x 480).
  • Elle embarque un processeur Rockship 2808 cadencé à 600MHz couplée à 256 Mo de RAM DDR2.
  • Wi-Fi 802.11 b/g/n
  • Décliné en trois versions (4/8/16 Go)
  • Dispose un slot microSD, d’une webcam et d’une batterie de 1500mAh.

Tablette Point of view à 259 dinar tunisien

Le point négatif majeur 

Sur cette tablette, il n’y a pas de Google Market comme vous allez le voir dans la vidéo qui suit. On ne sait pas précisemment la raison qui empêche cette tablette d’être en conformité aux standards requis par Google pour tout appareil android comme précisé sur le site officiel ici, mais sans Google Market les utilisateurs de cette tablettes n’ont pas accès aux 170.000+ applications sur le Google Market.

Tablette Point of view : Un  prix attirant mais sans qualité


Nous avons tenté d’avoir des informations sur le stand quand à cette grosse lacune mais il n’ y avait pas de techniciens pour répondre à nos questions. Nous allons essayer d’avoir plus d’info chez Carrefour Informatique peut être quand à l’installation d’applications (en APK) directement via cable USB ou quelque chose dans le genre ou alors si la tablette est seulement dédiée à des applications bien précises ce qui expliquera en partie son prix.

Affaire à suivre !

Source : (http://www.tunandroid.com/)

Le e-tourisme gagne du terrain : La plateforme de e-commerce tunisienne Traveltodo lance son site de réservation touristique au Maroc

Les agences de voyages virtuels prennent forme et deviennent une réalité palpable. Bien que le marché ne soit encore qu’à ses débuts au Maroc, les professionnels estiment que l’activité a de beaux jours devant elle. Pour avoir une longueur d’avance sur les autres opérateurs, certaines agences ont franchi le pas et lancé leur plateforme de e-commerce. 




C’est le cas de Traveltodo, entreprise tunisienne de réservation touristique en ligne, qui prend pied au Maroc en ouvrant une filiale à Casablanca. Le groupe a aussi procédé, la semaine dernière en présence de son directeur général Traveltodo Tunisie, Tarik Lassadi, au lancement de sa plateforme  www.traveltodo.ma. 

Le choix du Maroc n’est pas fortuit puisque la société a eu l’occasion de sonder le marché marocain et les besoins des opérateurs locaux après sa participation à la dernière édition du salon «Moroccan Travel Market». L’enseigne, qui compte quatre franchises en Tunisie, parie maintenant sur l’expansion régionale en s’installant au Maroc. «L’essor économique actuel du Maroc sous-tendu par d’ambitieux programmes de développement stratégiques, a été déterminant  dans le choix du groupe», explique Majid Najih, directeur de Traveltodo Maroc dans un communiqué. Et d’ajouter que «Le marché marocain présente les mêmes caractéristiques que le tunisien».

«L’essor économique actuel du Maroc sous-tendu par d’ambitieux programmes de développement stratégiques, a été déterminant  dans le choix du groupe».

Tarik Lassadi : Directeur général du Groupe Traveltodo Tunisie

Pour Najih,  le succès de Traveltodo Tunisie pourrait bien être réédité sur le marché marocain. Le directeur de Traveltodo n’est pas le seul à être convaincu du potentiel commercial du Maroc. Ali Benaddou, directeur de Monarch Travel, qui vient tout juste de lancer lui aussi une centrale de réservation en ligne, estime que la création d’une agence de voyages en ligne est une anticipation des besoins du marché. 

Par ailleurs, la société tunisienne propose à travers son site une vaste gamme de services, d’opportunités de réservation et d’achat de séjour en profitant aussi de diverses prestations (hébergement, transport, location). Les prix publiés, quant à eux, sont en moyenne inférieurs  de 20% à 50% aux tarifs publics affichés chez les différents prestataires, indique Traveltodo. Notons que l’enseigne a enregistré des progressions à deux chiffres, passant de 18.000 clients en 2007 à 35.000 en 2008 et 70.000 en 2009. Pour l’année 2010, les perspectives portent sur 110.000 clients sur les segments du tourisme intérieur et de l’outgoing. 

Source : (http://www.lesoir-echos.com/)

Le Maroc en avance dans le e-commerce au Maghreb

Acheter en ligne son huile de table, ou commander une Pizza, c’est dorénavant possible au Maroc. Le e-commerce est en fait en train de se développer au Maroc où les investissements dans les télécoms sont dominés par les groupes français Vivendi U. et France Télécom. En Algérie et en Tunisie, par contre, c’est encore le désert.



A Casablanca, c’est maintenant possible : on peut acheter en ligne les éléments de son repas du soir, ou payer les frais de scolarité de ses enfants. Et, selon la presse locale, le e-commerce est devenu un ‘’bizness’’ qui rapporte, et qui progresse très vite. Sur les 9 premiers mois de l’année 2010, le paiement en ligne par carte bancaire a généré un chiffre d’affaires de 207 millions de dirhams contre 63 millions de DH à fin septembre 2009, soit une hausse substantielle de 228%. Ayant senti le filon, Maroc Télécommerce table sur un volume de 300 millions de DH à fin 2010 et 290.000 transactions. A fin septembre 2010, 190.000 transactions avaient déjà été enregistrées, contre 40 000 à la même période en 2009. Mohamed Ben Addou Idrissi, lui, a de la suite dans les idées. 

Il veut prospérer dans ce ‘’business’’, et compte bien en tirer profit. ‘’En un an, notre chiffre d’affaires est passé de 300.000 DH à près de 500 000 DH par mois’’, confie t-il à la presse locale. Il est le patron d’une ‘’épicerie électronique’’,  la ‘’epicerie.ma’’. ‘’D’abord réticents, les clients sont aujourd’hui initiés au paiement en ligne grâce aux sites de paiement de factures et de taxes. « Aujourd’hui, nous comptons au moins de 500 clients fidèles et 4 000 clients inscrits. Grâce à la vente de nouveaux produits tels le poisson et la viande, le panier moyen est passé de 800 DH au début du site à 1.350 DH en 2010’’, souligne t-il. Pour la société ‘’livremoi.ma’’, une librairie en ligne, le CA est d’environ 30.000 DH par mois, en constante augmentation, selon son DG Matthieu Malan.

Le e-commerce en progrès au Maroc, balbutiant dans le reste du Maghreb


Algérie et Tunisie : RDV à Oued Kniss.com

En Algérie et en Tunisie, le e-commerce est également en train de prendre de la hauteur, même si la voilure reste encore à développer. En Algérie, le e-commerce est encore à l’état embryonnaire, du fait de l’absence de moyens électroniques de paiement. Pourtant, le site Ouedkniss.com est très populaire, et des dizaines de milliers de transactions s’y effectuent chaque mois. Cela va du simple téléphone mobile, à la machine à laver, au marché immobilier, de voitures, etc…. un ‘’eBay’’ à l’algérienne, quoi ! Mais, les transactions ne profitent qu’à leurs commanditaires. 

En Tunisie, des efforts sont déployés pour incruster dans les mentalités le e-commerce, dont l’évolution est ‘’en retard’’, selon  Aymen Ben Othman, consultant en e-commerce et co-fondateur de ‘’Avercis’’. Pour lui, le retard pris dans le développement du e-commerce en Tunisie, pourtant à la pointe des NTIC, ‘’est un problème culturel’’. ‘’Avoir ou pas confiance dans un site pour se faire livrer une Pizza, ou une boite de harissa’’, c’est apparemment la question ‘’kafkaïenne’’ que se posent les internautes tunisiens.

Source : (http://www.maghrebemergent.com/)

Share

Twitter Delicious Facebook Digg Stumbleupon Favorites More